IMG_5406

Formé au Duc rugby, Gabriel Quesmel joue aujourd’hui au Stade Français. Il vient de décrocher la médaille de bronze avec l’équipe de France lors de la coupe du monde militaire.

Il ne faut pas regarder longtemps Gabriel Quesmel pour connaître le sport qu’il pratique. Avec son physique de déménageur et ses qualités techniques, l’intéressé s’est vite imposé dans le monde de l’ovalie. A 20 ans, le joueur formé au Dieppe UC qui porte les couleurs du Stade Français depuis cinq ans vient de participer à la coupe du monde militaire de rugby où il a décroché la médaille de bronze avec l’équipe de France.

Déjà, sous le maillot jaune et bleu du Dieppe UC rugby, Gabriel Quesmel jouait « deuxième ou troisième ligne. Ça dépendait des besoins de l’équipe ». Au-dessus du lot, il s’est fait une place au soleil du Stade Français où il évolue chez les espoirs dans le championnat qui regroupe tous les clubs du Top 14 : « Nous sommes actuellement à la 9e place du classement », reprend le solide stadiste qui s’est engagé dans la marine pour une durée d’un an.

Plus forts que les All Blacks

C’est évidemment la raison pour laquelle il a été sélectionné en équipe de France militaire de rugby à l’occasion de la dernière coupe du monde militaire en Angleterre. Les Français étaient versés dans une poule de cinq équipes et ils se hissaient logiquement en quarts de finale. A ce stade de la compétition, les tricolores doivent affronter leurs « amis » anglais de la Royal Air Force. Nos petits Bleus emmenés par Gabriel Quesmel sont sur un nuage et ils l’emportent avec une trentaine de points d’avance.

En demi-finale, les choses se compliquent encore un peu plus pour nos représentants qui doivent affronter les îles Fidji. Un match très compliqué en perspective puisque cette équipe militaire des Fidji n’est autre que la réserve de celle qui a disputé la dernière coupe du monde professionnelle. Les militaires fidjiens n’ont fait qu’une bouchée de leurs homologues français. « Nous avons pris cher, reconnaît Gabriel Quesmel. Il y avait un monde d’écart entre les deux sélections ».

Il reste aux tricolores à disputer la petite finale synonyme de troisième place sur cette coupe du monde militaire. Sauf que les Français ne partent pas vraiment favoris face aux All Blacks, impressionnants dès le célèbre haka. Mais les Français ont du ressort et ils remportent cette rencontre pour s’octroyer la médaille de bronze.

Que ce soit avec le Stade Français ou l’équipe de France militaire, Gabriel Quesmel est resté en position de deuxième ou troisième ligne comme c’était déjà le cas au Dieppe UC. Du haut de son mètre 93 et de ses 103 kg, le Dieppois sait faire le ménage en touche comme en mêlée et il est précieux dans la percussion et la perforation. A 20 ans, il rêve évidemment de « passer professionnel ». Donc, il travaille beaucoup, toujours et encore plus afin de convaincre.

Il n’a plus peur

Ses anciens dirigeants du Dieppe UC sont déjà convaincus, qu’il s’agisse de Vincent Menesguen, Stéphane Launay, Frédéric Largeau ou Marc Savary. Ce dernier se souvient d’ailleurs très bien du petit Gabriel Quesmel : « Je l’avais comme joueur lorsqu’il avait 12-13 ans. A l’époque, il avait peur de faire mal aux autres… » Depuis, il n’a plus peur mais fait plutôt peur à ses adversaires. Et il ne manque jamais une occasion de venir retrouver la grande famille du Duc sur les bords de la Manche. Ainsi, il a assisté dimanche dernier à la victoire du Duc face à L’Aigle. Promis, il reviendra… peut-être pour le retour de l’équipe fanion en championnat fédéral.

Source : les informations Dieppoises