Cliquez sur une image pour ouvrir la visionneuse.

Lionel Lavisse, retraité de chez Total, concepteur et organisateur de la première course-relais de la Paix Gonfreville-l’Orcher – Dieppe, n’est pas un novice en matière de sport. Marathonien, handballeur, professeur de gymnastique à l’ESMGO, il a voulu, à travers ce challenge unique, associer les valeurs du sport à celle de la pensée, de la réflexion sur nos relations intergénérationnelles, partager la passion du sport, refuser la violence et la dégradation du lien social.

Du sens à nos vies et à nos villes

« Quand je cours, les ados me disent c’est bien ce que vous faites Monsieur ». C’est à partir de cette remarque que Lionel Lavisse décide de se lancer en 2014. Son idée, faire quelque chose pour redonner du sens à nos vies, à nos villes, de dire stop à la violence par la dynamique du sport à portée de tous. Les attentats ont été le déclic : « On ne peut plus ne rien faire, il faut dire stop à cette violence, s’engager dans des projets porteurs d’échanges, de partage de solidarité, de relais… ».

Le 23 avril, le départ des 19 inscrits de 19 à 65 ans se fera au complexe Maurice-Baquet pour une course relais de 120 km avec 10 étapes et une arrivée à Dieppe. Les coureurs se passeront la chaîne-relais comme un symbole fort de maillon à ne pas briser. « Je voudrais que ce soit un peu comme une Coupe du monde, que l’on ne s’arrête pas, que ça continue de ville en ville, et pourquoi pas jusqu’en Belgique ? »

Le 23 avril, c’est à Dieppe que les relayeurs seront attendus par Sébastien Jumel, maire, qui recevra le trophée réalisé pour l’occasion, gravé de deux colombes de la paix enlacées et enrichi de la citation du Mahatma Gandhi : « Il n’y a pas de chemin vers la paix, la paix est le chemin ». Des enfants gonfrevillais et dieppois courront ensemble pour le dernier kilomètre.

Une opération menée en partenariat avec les Villes de Gonfreville-l’Orcher et Dieppe, les offices des sports des deux communes ainsi que leurs sections sportives respectives.